Séminaire sur les techniques routières alternatives
Ignorer les commandes du Ruban Passer au contenu principal

A+     A-

Séminaire sur les techniques routières alternatives

05/04/2013

 

Le Ministère de l’Equipement et du Transport a organisé, en collaboration avec l’Association Marocaine des Routes, le 5 avril 2013 à Rabat, un séminaire sur les techniques routières alternatives.

Cette rencontre a enregistré la participation de plus de 160 participants représentant les différents organismes intervenants dans le domaine de la route : MET, AMR, FMCI, DGCL, ALBTP, APC, MEF, et autres.

Les travaux de ce séminaire se sont articulés autour de 4 thèmes ayant trait au bilan des réalisations et stratégie, aux techniques à base de liants hydrocarbonés, aux techniques à base de liants hydrauliques et aux aspects économiques de ces techniques.

La séance d’ouverture a été marquée par l’intervention de Monsieur le Secrétaire Général de l’Equipement et du Transport qui a salué les efforts déployés par l’ensemble de la profession routière et qui a mis en exergue l’importance de ce séminaire dans la mesure où les thèmes qui seront abordés ont toujours préoccupé le Ministère et ont déjà fait l’objet de nombreuses communications au cours des précédents congrès nationaux.

Lors de premier panel, un bilan des techniques routières alternatives dans l’usage courant de la construction et la maintenance routières a été exposé et débattu. La stratégie pour développer et encourager ces techniques a été, également, affichée lors de ce panel.

Le deuxième panel a été marqué par la présentation des techniques innovantes à base de liants hydrocarbonés.

Ces techniques sont respectueuses de l’environnement et moins consommatrices d’énergie et de matériaux routiers.

Elles peuvent, également, assurer une durée de vie de chaussée plus longue que celle des techniques classiques.

Le troisième panel a porté sur la présentation des techniques routières à base de liants hydrauliques en chaussées routières et des avantages techniques, économiques et environnementaux qu’elles présentent.

Le quatrième panel a traité le thème relatif aux aspects économiques quant à l’utilisation de ces techniques alternatives en construction et en maintenance routière.

Cette rencontre, par la richesse des contributions scientifiques, a permis d’impulser une dynamique féconde de réflexion et de propositions sur les techniques routières alternatives et son impact sur la gestion du réseau routier.

Les recommandations issues du débat sont les suivantes :

  • Allouer et sécuriser un budget suffisant à la maintenance routière pour la mise en œuvre de la stratégie affichée par le Ministère en matière de techniques alternatives ;
  • Recommander aux grandes villes d’utiliser les techniques innovantes pour l’entretien de la voirie urbaine ;
  • Développer la valorisation des matériaux subnormaux par le traitement aux liants hydrauliques et à la chaux ;
  • Encourager les techniques de recyclages des chaussées in situ ou en centrales ;
  • Entamer un travail normatif associant la Direction des Routes, l’Association Marocaine des Routes et les laboratoires pour l’élaboration des spécifications de certaines techniques innovantes;
  • Activer la refonte des CPC des travaux routiers et d’autres documents normatifs du Ministère pour tenir compte de l’innovation en matière de techniques routières ;
  • Mettre en place un dispositif de contrôle évolutif, renforcé et adapté pour les techniques innovantes ;
  • Faire une cartographie régionale en fonction des problèmes de l’environnement et de la rareté des matériaux pour exiger le recours systématique aux techniques alternatives
  • Organiser des journées techniques régionales pour une large vulgarisation des thèmes relatifs à ces techniques alternatives et ce avec plus de détails et de débats ;
  • Instaurer le système d’accréditation nationale des laboratoires pour accompagner la modernisation et le développement du réseau routier ;
  • Assurer une information suffisante et homogène pour l’ensemble des laboratoires susceptibles de prendre en charge le contrôle de ces techniques.

Ceci permettra à ces derniers de s’équiper en conséquence:

  • Redynamiser le comité technique Direction des Routes / AMR pour le développement des techniques innovantes et l’établissement d’un plan d’action ;
  • Créer un comité technique Direction des Routes / AMR / APC pour l’encouragement des techniques alternatives à base des liants hydrauliques et la révision de la convention initiale.